Autres articles

MENU PRINCIPAL

Une utilisation de la thermographie :

Thermographie de l’isolation de toiture, comparaison été/hiver

Lieu : Fayt-lez-Manage, Manage, Hainaut, Wallonie, Belgique

Il est souvent dit que la thermographie ne peut se pratiquer que par temps froid. Au-delà des cas des réservoirs et des panneaux solaires, ce qui est surtout vrai, c’est qu’il faut une différence de température suffisante ou la mise en situation dynamique de l’équilibre thermique que pour afficher des images exploitables.

En ce qui concerne spécifiquement l’isolation des toitures, la vérification de la qualité d’isolation et des possibles infiltrations peut s’effectuer la majorité de l’année, la preuve en images thermiques :

Comparaison thermiques de l'isolation d'une toiture entre été et hiver

Données physiques de la thermographie de ces isolations :

Image de gauche : 31/01/2012 : toit à -9°C, rayonnement solaire 0 (nuit) et température intérieur : 18-20°C

Image de droite : 21/07/2013 : toit à 68°C, rayonnement solaire 800 watts/m² et température intérieur 27 à 32°C

Nous constatons donc que la différence de température entre la surface du toit et l’intérieur de l’habitation atteint bien de l’ordre de la trentaine de degrés dans les deux cas. Les conditions d’analyse de la thermographie sont donc bien rassemblées dans les deux cas, y compris au niveau du vent et de la pluie.

Malheureusement, sur le plan des primes à la thermographie, ceci n’est pas reconnu et donc ceux qui choisissent cette période pour faire analyser leur toiture le feront à leurs propres frais.

Cependant, quasiment les mêmes points faibles sont observés que ce soit avec un toit glacial ou un toit brûlant. Cependant, le traitement est un peu différent, ces images ayant été volontairement montrées avec la même ampleur de gain (ampleur de température observée).

Cette technique est plus difficile à exploiter car l'on ne peut pas passer la journée à attendre que le soleil rende brûlant tour à tour chaque pan de toiture mais reste acceptable en début d'après-midi quand la majorité de la maison est échauffée sur son enveloppe extérieur tandis que l'intérieur est encore frais. À noter aussi que c'est beaucoup plus délicat à utiliser envers les murs parce que l'avantage des périodes froides étant que l'atmosphère refroidissante est à peu près homogène tandis que la chaleur est elle dépendante du rayonnement du soleil, donc très hétérogène et que passé le coucher du soleil, la différence de température est beaucoup plus faible et va rapidement chuter.

Hugues CREPIN

Autres articles

MENU PRINCIPAL